mardi 22 août 2017

Les prophéties de la voyante Baba Vanga pour 2017 et après.

Les prédictions d'Alois Irlmaier le célèbre voyant allemand

Je la sens pas cette rentrée 2 le retour


L’UE, cette bonne UE qui défend si bien les intérêts des peuples et résiste aux assauts des banques et des multinationales, a bien pensé à vous pendant les vacances. Très rapidement les banques vont pouvoir, pour se prémunir d’une banqueroute, de voter un gel des comptes courants. Impossible de retirer plus de tant. Ça sera appliqué partout en même temps vu que c’est le Parlement de Strasbourg qui vote ca et que la plupart des pays affidés leur sont soumis. Ça vous sera présenté comme un truc qui durera un ou deux mois. Et ça sera définitif. Et ça sera suivi par des tas de ponctions supplémentaires de nos amis banquiers. Et ça finira par un gros krach, avec la mort de l’euro sans doute. Et puis un de ces quatre eh bien les banques, pour ne pas faire faillite vu que leur système repose sur une énorme machination – leurs fonds ne valent rien, la seule richesse des banques c est vos sous – se barreront avec toutes vos économies.

Complot, mais oui mais oui. Bien sûr. Les banques nous veulent du bien, nos gouvernements aussi et l’Europe sont avec nous pour nous aider dans nos vies dans sa version UE. La puce RFID n’existe pas, la crise touchera sans doute l’Italie, peut être le Portugal et l’Espagne mais en France ça sera comme pour le nuage de Tchernobyl.

La naïveté de certains m’épate. Pour garder intact leur système de croyance ils sont prêts à s’aveugler, jusqu’à se faire dépecer de leurs petites fortunes accumulées en PEL et contrats d’assurance vie. Tant pis, j’aurai alerté chacun de ceux que j’aime, j’ai fait mon devoir, à titre personnel j’ai actuellement 3 euros sur mon compte.

Pensez à ça car la rentrée c’est dans une semaine même pas. Un cocktail attentat méga sanglant à Paris + code du travail en pièces + manifestations violentes car pas mal interdites ou circonscrites à cause de la menace terroriste + des tas de parents qui hurlent qu’ ils veulent pas que leurs moufflets se fassent vacciner 11 fois et que des flics viennent chercher pour les déférer devant un juge + des moufflets vaccines qui tombent malades à foison + un temps pourri, +  pluie tous les jours+ des boites qui ferment +  des gens hyper nerveux +  des actes de violences qui se multiplient +  BFM WC qui excite le tout +  tous vos comptes quasi bloqués, ou plutôt pas possible de faire ce que tu veux, partir au soleil parce que le billet est à 1100 euros pour la Guyane et la banque te permet 800 / semaine … Et la peur de voir encore un nouvel attentat… Et votre Macron qui fait le paon comme si tout allait au mieux, et sa Brigitte toutes les semaines en une de VSD et Gala…

Quand ça veut pas ça veut pas, j’insiste pas. Mais – je l’ai déjà écrit dans un autre billet qui a fait grand bruit, cette rentrée, je pense à Paris surtout… Non, pas Cassandre ami lecteur. Pas bisounours c’est tout. De type bienveillant. La malveillance serait de se taire et de s en foutre.

Un ex gendarme ex militaire qui est passé par les renseignements, qui a fui l’Europe parce que mandat d’arrêt européen en 2007 pour délit d’opinion, parle lui, avec de sacrés arguments, d’une machination – s entend avec Macron dans le coup depuis le début – d un putsch de généraux renversant Jupiter avec l’armée sous leurs ordres. Afin – c’est le but- de reprendre le contrôle de zones de non droits explosives. Super, pensez-vous vu le danger. Sauf que non. C’est LE truc a pas faire ça, ça va tout bonnement et c’est le but tout faire péter. Si vous saviez l’artillerie lourde qui dort depuis des années dans les caves des banlieues des grandes villes françaises. Du russe et du lourd. Imaginez, l’armée qui attaque les cités et les hordes de tarés armés jusqu’ aux dents, vous croyez que ça va durer deux jours, qu’a un moment pas de détail un avion et hop on flambe toute la cité, et la embrasement, mais pas qu’à l’intérieur du pays les cocos, vous imaginez l’Algérie, super armée et top matériel, pas comme nous, vous imaginez qu’ elle va rester inerte si une cite des quartiers nord de Marseille avec autant de ses ressortissants dont beaucoup d’innocents est la cible d’un bombardement…

Vous voyez, je l’écoute Stan, je vois que le gars a un sacré métier, qu’il connait énormément de choses à la fois du terrain et en termes d’érudition, qu’il a mis ses convictions en accord avec ses actes, qu’il est recherché depuis des années, lui un ex gendarme, qu’il a plus de ronds et qu’il dénonce sur Youtube, et bien je sens que oui, c’est plus que possible, ça se tient très très bien son raisonnement. D’autant que je vois le type faire appel directement aux soldats, gendarmes et policiers français.

Ceux qu’on nomme complotistes sont des dénonciateurs du complot, des lanceurs d’alerte et ils – nous – prêchent dans le désert. Les vrais complotistes sont ceux qui ont élaboré et déroulent chapitre par chapitre ledit complot. Déjà sur les termes nos hausseurs d épaules tombent dans le panneau et retournent le sens des mots pour conserver leur logiciel confortable habituel.

Qu’ont à gagner les lanceurs d’alerte, messieurs dames les sceptiques installés dans votre salon, on perd confort, crédibilité auprès d amis, de notre propre famille, et on enfonce encore et encore le même clou pour des gens qui refusent par principe de se poser la moindre question. Faites comme bon vous semble et laissez-nous à votre tour agir. Parce que dénoncer ce n’est pas seulement s’exprimer mais agir. En tant qu’homme amoureux de la liberté et de l’humanité. Donc de vous aussi.

Nietzsche disait que le réaliste est tragique et non pas pessimiste. Il y a de ça …





La politique étrangère de la France en cause





Remise a niveau. Voila pourquoi les attentats en France vont s accelerer tres vite.

Promenade à Doctor Juan Leon Mallorquin (Paraguay)





Beaute du Paraguay

Le respect ca ne se discute pas


J’ai un  ami, de longue date, je ne donnerai volontairement aucun détail à son sujet, qui incarne l’intolérance jusqu’ au grotesque. Et qui lorsque tu avances une réflexion qui va dans le sens opposé à son système de croyances pratique l’invective et la violence et l’hyper agressivité. Il PERD SES NERFS a un point inimaginable. Or cet homme, fort attachant et bourré de qualités, a un âge plus avancé que moi. Et toute la relation que nous avons su entretenir jusque-là et qui de son fait s’éteint – puisqu’ il ne supporte pas que j’ose exprimer un avis différent du sien –a toujours donné le même son de cloche quant à la répartition des rôles de pouvoir. Je l’ai toujours dominé. Toujours et ce du début à ce jour. 30 ans après, les mêmes ficelles et le même résultat, ben te plains pas si t’as bobo en lisant ces lignes parce que t’es allé très loin comme trop souvent dans ta vie et que cette fessée publique tu l’as bien cherchée. T’es le chef de rien du tout, t’es juste un gars avec du pognon et un talent indéniable pour en faire. En clair ta vie est ego centrée à fond. Et il n’en restera rien, ce qui est loin d’être mon cas …

Je me désolé de voir que plusieurs décennies ne l’ont pas fait avancer d’un pas, bien au contraire. Il est pourtant formidable ce gars je le dis sans aucune arrière-pensée. Mais il bute sur une limite évidente qu’il ne parviendra jamais à dépasser. Le matérialisme et le MOI JE et le fric et le pouvoir ont fait de lui un gars qui se comporte de manière immature, irrespectueuse et au fond parfaitement stupide. Et je le déplore pour lui car il vaut tellement mieux que ça.

Accepter à un moment qu’on n’a plus le contrôle, le pouvoir, bref, le guidon est chose impossible pour bien des gens et j’en connais un paquet comme ça, à qui je fous des complexes sur le plan intellectuel. Ils peuvent asséner tous les mots durs voire vulgaires et les emportements à deux balles, il est messieurs un fait que nous ne sommes pas tous outillés intellectuellement de la même façon, que certes vous avez réussi de très belles choses dans vos vies. Mais qu’en termes de savoir -  j’ai une maitrise de philo et une autre de lettres, ça pose le truc plus haut d’un diplôme d’école de commerce ou de faculté de gestion, disciplines techniques et seulement techniques- vous êtes pas en tête de gondole. Aucun d’entre vous n a pondu un livre et n’en est capable, j’en suis au 11eme. Aucun d’entre vous ne pourrait sortir du système comme je le fais, celui-ci est votre cage. Et aucune d’entre vous ne parvient à discuter avec personne des lors que votre interlocuteur n’est pas sur votre position. La société a beau mettre les maths et les sciences au-dessus, désolé rien ne vaut la pensée et la connaissance et la maitrise des Arts. Vous n’avez rien à m’apprendre, moi si. Vous n’êtes pas ou plus un modèle, moi si.  

Et pardon pour votre ego, ou plutôt bien fait pour lui. Pas ma faute si vous n’êtes pas apte à percer le sens des choses et à construire une analyse personnelle à rebours de ce qu’on vous met dans le crane comme on gave une oie. Le monde ou l’humanité, tout ça ne vous intéresse guère tant vous êtes centré sur vous. Le système vous en avez à fond profité, alors face à quelqu’un de bienveillant et de bien disposé a votre égard et qui vous apporte un éclairage particulièrement charpenté qui pourrait vous élever un peu et vous apprendre des trucs, vous les J’AI MES CERTITUDES A DEUX BALLES C’EST LA TV QUI LE DIT FERMEZ A MININMA votre grande gueule. Vu qu’en plus vous ne croyez en rien et que le fric est votre Graal. Ton pognon c’est rien mec, rien. Tu meurs HOP plus rien.

A mon sens vous vous limités tellement que de fait vous l’êtes devenu, limité. Votre horizon est ce que vous en avez fait et c’est votre droit mais c’est un fait que je vise bien plus haut. Chacun est libre, et permettez à un homme de 52 ans correct LUI de vous dire votre fait comme on corrige un polisson immature et fort mal élevé.

Et je termine sur ceci. N’est pas né celui qui me cassera la gueule. Le seul qui a osé s’est pris une bouteille de whisky sur la tête. Et c’était un dur de chez dur. Le respect avec moi ça ne se discute pas. Andouille, va.


Voilà c’est dit.


lundi 21 août 2017

Possibles scénarios pour les jours à venir...





Passionnant

Avis a mes lecteurs - Pour que je puisse encore ecrire et publier

Merci de votre aide pour la precedente.

Celle-ci pour un nouvel outil de travail, essentiel pour un ecrivain dont vous etes si nombreux a lire les textes chaque jour - ce BLOG s envole ...

Merci pour vos lectures et pour ce geste si c est possible. Et sentez-vous libre


Cagnote ICI

https://www.leetchi.com/c/projets-de-christophe-crros-houplon




Le Sida choquantes révélations





Merci Docteur

Le Barbier de ses Huiles


Ce barbant Barbier a du être pondu au XVII eme dans une couveuse Louis XV par quelque obscure courtisane avec je ne sais quel poudré marquis lécheur de babouche royale. Aussi présent dans notre espace meRdiatique que les OGM dans nos assiettes, le canard laquais du PAF est une tête à baffes de première, fier de l’être et de le chanter à tue-tête à toute heure, de sa voix de héron théâtreux qui file à toute allure et remue l’immonde parole officielle avec le tournis d’une chasse d’eau victime du syndrome de la Tourette. 

Le roquet à deux poils sur le torse aime tant s entendre qu’il ne peut tel un teckel a mémère que piaffer haut et fort dans les aigus, à nous faire rendre notre repas sur la moquette, tout en tournicotant sur sa chaise à ressorts. Peu chaud ce qui sort de ce gosier, c’est toujours abyssale ment creux, systématiquement pédant et asséné avec fracas, même si l’animal aime dire le contraire du contraire de l’opposé de ce qu il disait l’avant-veille. L’écouter – ca file le cancer – c’est l’assurance d’être ivre à jeun. Massacre à la tronçonneuse mais en version salon Relais et Châteaux, si vous voulez.

Il a une érection à chaque apparition du Micron, et s’en va parfois faussement courir au Bois car LUI a vu la fameuse photo. Qu il est beau mon Jupiter, se gausse t-il en tournant les pages de Voici tachées par son BN fondant. Qu il est beau mon Bébé Rothschild, tout nu ouh la la que ça doit être meugnon …

Ses torche-culs – pardon, ses éditos, on les a en une et en plus en images et son façon ORTF-BFM WC 2.0, avec le poulbot à l’écharpe rouge- je parie qu’il se mouche dedans et en sort trois gouttes de son petit nez retroussé - soudain vêtu d’une blanche chemise, et prenant des poses de duchesse en pamoison. Ecoute-moi o abruti semble-t-il songer, écoute-moi t endormir avec fracas. Perclus de lui-même jusqu’ au vertige, le meilleur ami de Carlita, femme de la péripatéticienne number one qatari, n’en peut mais de ses tournures de style Grand Siècle et se mire tel le crapaud dans l’eau sale.

Sa petite langue tourne si vite qu’il lui faut se retenir pour l’avaler parfois. C’est que le servile zélateur des huiles tant aimées qui doit pointer 3 heures au bureau entre ses déjeuners, petits déjeuners et soupers aux meilleures tables avec nos soussous est par trop rapide, et tel un Zabulon mâtiné de Lapin Duracel manque souvent de s étouffer dans ses lyriques et pénibles envolées. Se prenant chaque fois le mur du réel – cette chose à fuir – dans le bec, il est, de fait, toujours groggy, ce qui explique l’immense vacuité de la pensée. Le mec est stone, en fait, totalement stone tout le temps. Ca excuse.

L’orgueil par contre est en mode ON de tous les instants, et lui fait prendre nos lanternes pour sa vessie riquiqui. Le marivaudant qui l’habite tel un esprit un vase lui fait jouer ici avec des répliques d’avant-hier et un système d’exploitation made in CIA – copie conforme de celui de TOUS ses chers collègues.

Ce cornichon pas assez bon pour tremper dans une huile autre que celle des palais ne nous souffre pas davantage qu’il ne nous connait, nous les gueux. Si jamais il croisait un d’entre nous, pour sûr qu’il ferait pipi dans sa culote et appellerait Catherine Nay et sa tronche en biais à l’aide. On lui apprendrait à se nettoyer l’asticot dans sa rouge écharpe puis à relever gentiment son pantalon Pinder. Et puis on lui dessinerait un sparadrap sur le nez et deux cocards au marqueur rouge comme son écharpe. Et si on est en forme eh bien goudrons ET plume dans l cul.


Car l’ostrogot est un moufflet, barbant certes comme pas possible, un putching ball marrant pour cours de récré et un barde à attacher dans l’arbre à la dernière image de la page 44 de tous les albums d’Astérix. N’empêche, son ridicule de type précieux, reconnaissons-le, nous faire quand même souvent rire. De lui, s’entend.


Tristes et veules vieux ados - La comédie humaine, suite


L’irresponsabilité ça se cultive en troupeau, de bœufs en l’occurrence. Dans ce bétail Caliméro et le jeunot sont rois, le nivellement se fait par le bas, c’est jamais de la faute de celui qui merde, et l’ensemble enfonce celui ou celle qu’elle dit aider ou épauler. Mets un mec brillant et jeune là-dedans, en trois mois il devient veule et se comporte comme le dernier des abrutis. Pas simple après de se remettre à son niveau, faut accepter de raturer, de faire demi-tour, faut parfois lui forcer la main à l’enfant roi que ses copains crétins encouragent à rester à LEUR niveau, celui du nombre ou on se fout de l’autre comme d’une guigne, le but c’est qu’il reste dans la fosse à ricaner, à pleurnicher et à gigoter comme un âne.

Quelle pitié. Ne rien faire pour alerter et c’est la descente, celui qui était beau devient moche, celui qui était droit devient tordu, et tous les autres applaudissent. Chouette il est devenu comme nous, on est pas si bêtes du coup et on est encore plus nombreux.

Andouilles, vous l’avez simplement abaissé et le voilà loin de vous et honteux et pour le coup aux bornes de l’impuissance. Vous avez cimenté à plusieurs son sentiment d’impunité et l’avez abandonné sur le bas-côté. Trop occupes à vous regarder le nombril vous êtes passé à autre chose. Et lui qui a du partir eh bien il ne sait plus sur quoi ou sur qui compter.

La comédie humaine de Balzac regorge de ces cénacles de médiocres ou l’on s’abaisse et ou on abaisse et ou on joue sur la loi du nombre. Tristes et mornes vies, triste et terne comédie. La Pension Vaubert a pignon sur rue et sur les réseaux sociaux, Loft Story est sur les petits écrans riquiqui de ces sous-développés du bulbe qui pensent ce qu’on leur délivre direct avec des alertes flash.

Dans cinq ans ils seront toujours là avec leurs petites histoires à deux balles et leurs vannes pourries et leurs certitudes bricolées et leurs centres d’intérêt de Super U pour tribus de classe maternelle. Pourvu qu’un attentat ne les aient transformés en rougail saucisse. Parce que du monde ils ne savent à 30 ou 40 ou 50 ou 60 ans rien de rien, ils ont tout faux et de toutes façons ne s’intéressent a rien, rien qu’aux gens, toujours les mêmes, pour en dire du bien ou du mal, le niveau zéro défini par Socrate en somme, avec un potentiel de développement nul. Des vieux ados sans éthique aucune pas jolis avec du bide parce que ça picole trop et une peau pas belle parce que hygiène de vie zéro.

Quel gâchis ils ont tout foiré et rendu le brouet infâme à la longue, le cirque s est comme ratatiné sur lui-même, de 100 ils sont passés à 20, autour ça se lasse et puis ça finit par partir, trop nul, de pire en pire chaque année, ils ont beau être fort bruyants ils sont archi minoritaires. Quand ça sent mauvais on s’éloigne, alors on est parti et pour de bon.

Irresponsables ils demeureront et partiront les deux pieds devant la cervelle vide dégoulinant sur le trottoir, avec l’impression d’avoir sans doute raté quelque chose…


Retour sur mon île (La Réunion - 2014)





Elle me manque cette Ile et mes ami.e.s de la-bas aussi ...

samedi 19 août 2017

Alors QUI est le pirate - Jeu du weekend


Jeu du weekend. 2 ingénieurs en télécom et informatique. Un avec expérience et le 2eme à deux doigts du diplôme. Un très cultive et fin, l’autre bien moins voire ni l’un ni l’autre. Un à Paris et l’autre à Berlin.


UN DES DEUX pirate à ses heures mon compte ou laisse des petits cacas en mode anonyme sur les réseaux et sur Google. L’autre non.


Sauras-tu deviner la bonne réponse, AMI.


OCAZOU, Attention au dépôt de plainte si signalement de ce statut qui reste quand même bon enfant. J en ai deux sous le coude, je préviens gentiment. Le dossier avec les attestations et ce qu elles disent et de qui ca vient c est du LOURD. Vous aurez remarque que ce dossier est chez mon avocat a Paris et que je n ai pas utilise cette arme. Pas envie de reduire en cendres une carriere. Parce que, faut le savoir, le critere numero UN d un Inge.Telecom Informatique c est CASIER JUDICIAIRE VIERGE. Et que pour moi la Justicve doit deboucher sur la Clemence. Cf Socrate.



Les paris sont ouverts. J attends vos avis.

Terre Plate : Sacrés Francs-Maçons !!! (Parodie Chantée) - ITV Production

BARCELONE - A QUI PROFITE LE CRIME - ATTENDEZ VOUS A PIRE

Appel aux vrais soldats de France





On pense ce qu on veut du gars mais il en a cet ancien militaire ex services secrets, mandat d arret europeen contre lui a cause de ses opinions, plus en Europe, plus de fric plus rien. BRAVO.


C est quoi le Mal - Un extrait de SUNDANCE - Livre 1 - GENESE vol.2


Laure s’éveilla en sursaut. Charles se tenait face à elle, accroupi sur le rebord du lit, nu, et le visage traversé d’ombres. Ils étaient rentrés à Paris quelques heures auparavant, et avaient tous regagné la maison de Yolanda. Au dehors, le froid était glaçant.
« Qu’est-ce qui t’arrive, demanda t-il en se penchant vers elle.
-      Et à toi ?
-      Tu te doutes ? »
Elle chercha l’interrupteur et alluma la petite lampe dez chevet.
« Oui, murmura t-elle en le regardant avec gravité.
-      Tu as vu ?
-      Oui. Oui mon amour. Oui, j’ai vu ».
Il vit son visage soudain traversé par une immense tristesse.
«  Cela fait longtemps que tu… ?, osa t-elle avant de s’interrompre, trop effrayée des mots qu’elle allait prononcer.
-      Quelques années.
-      Et tu penses que…
-      Contre moi même.
-      Que veux-tu dire, Charles ? »
Il se leva, l’invita à le suivre, et colla soudain son front contre la vitre de la fenêtre donnant sur le petit jardin.
« Tu sens, ce froid ?
-      C’était ça, que je sentais, dans mon rêve…
-      Pourtant…, mumura Charles.
-      Oui pourtant… On ne peut pas dire qu’il fasse froid, là-bas…
-      Et pourtant, c’était glacé.
-      Oui. Mais pas que.
-      Brûlant aussi. Les deux en fait. Comme une collision des opposés. Un choc. Quelque chose qui fait que la Terre s’ouvre en deux.
-      Expedit…, balbutia t-elle. C’était si…
-      Voilà. En deux je te dis. En deux »
Il la retint avant qu’elle ne tombe à terre, et eut le réflexe de maintenir sa main droite fermement sur sa bouche pour retenir les hurlements qu’elle poussait. L’agrippant par la taille, il vint se poster au dessus d’elle qui, à terre, étouffant ses cris et ses larmes, suffoquait.
« Calme, calme, murmura t-il en tâchant au mieux de contenir cette horreur qui d’elle se déversait jusqu’à maculer la moquette. Ma puce, calme, calme-toi »
Il comprit combien elle souffrait, là, combien. Et se souvint combien pour lui ce fut, plus que dur, plus que traumatisant, plus que tout, quand, la Première Foi-s (il avait six ans) : il avait VU.
« Je vais Te dire, murmura t-il. Je vais Te dire. Je vais Te dire tout bas. A l’oreille. A toi. Rien que Toi et Moi. Mais pour ça il faut que (t)u (t)e calmes. Ne (t)’inquiètes pas. Je sais, mais c’est inéluctable. In-éluctable »
Il la fit se redresser. Elle s’était comme vidée de ses larmes, et son visage dévasté fut soudain ré-Allumé par une minuscule Lueur au fond de l’œil.
« Oui, balbutia t-elle.
-      Viens », fit-il en l’invitant à le suivre jusqu’à une petite table et à s’asseoir face à face sur deux chaises.
Elle parvint à se tenir assise, et le regarda comme on contemple un astre.
« Ta sœur. Ca va commencer par elle.
-      Ca je sais.
-      Ca va ensuite…
-      Oui ça aussi je sais. J’ai compris.
-      Et…
-      Nous…
-      Oui. Nous tous. Nous y serons contraints.
-      Pour notre plus grand malheur.
-      C’est inéluctable
-      Nous n’y pouvons rien ?
-      Et ne pouvons rien y faire
-      Même pas y échapper ?
-      Ce n’est pas possible, et tu le sais
-      Echapper au destin ?
-      Le fuir, c’est l’assurance qu’il te rattrape et te le fasse payer mille fois plus cher.
-      A trop se protéger…
-      Mieux vaut trop se livrer que ça. Mieux vaut ça. Vraiment. Au moins tu souffres, tu cries, tu te lamentes, tu deviens quoi, tout, même le pire, barbare, oui, barbare, jusqu’à découper un enfant à la machette. Mais ça sort, et ça nettoie. Une bonne fois pour toutes !
-      Tandis que quand tu te protèges…
-      Quand tu te protèges trop, Laure. Se protéger est, plus qu’utile : nécessaire. Mais point trop n’en faut !
-      Là tu te glaces, et là tu te perds. Tu deviens ton mental. Et tu te fermes. Tu te fermes …
-      … A l’autre, poursuivit Charles. A un point inimaginable. Jusqu’à commettre des
H.o.r.R .e.u.R…(…s)
Des choses que l’Ethique-la-plus-élémentaire condamne. PIRES que ce qu’on nomme (actes) Barbares. PIRE (Vrai-Ment) car tu te RESSENS RIEN, ne vois RIEN, RIEN que (toi), dans ce qu’il y a de PIRE en (toi)…
(ce démon déguisé en ange)
Car ce qu’on nomme (ICI) Barbarie, ce ne sont que des (DEMONS) qui prennent (un instant) possession de (TOI), avant de s’en aller…
       (puis de revenir, puis de s’en aller à nouveau).
Tandis que quand TU deviens (froi!!!) du Dedans, TU en viens à dire faire le Bien, et faire le maL, le plus sincèrement du MondE.
-      Et donc…
-                                      Et donc c’est comme si le (DEMON) avait établi son gite (en Toi). Et que Tu ne le savais pas. Et TE voilà entraîné du Mauvais Versant, non seulement sans le savoir (mais en étant)persuadé de TA Clair-Voyance-  C’est ce qu’il te souffle à l’oreille (le Malin)
(Il te dit) : Contrôle mon ami, con(t)-rôle. Sous-Pèse, Calcule, Anti-cipe, ré-Fléchis. Et surtout (garde la tête froide). Ca, vraiment, ça, c’est l’HORREUR. L’hORrEuR aBsOlUe.
-      Qui d’entre eux deux à ton avis ?
-      Suzanna c’est la Gla(ss). Et Pierre le f’-Eux. Et donc…
-      J’ai compris.
-      Et donc Expédit, oui. Oui. En D’Eux. Mais voilà. Il survivra. Et Sur-Vivra.
-      Tu en es certain ?
-      Certain, oui.
-      Et Valérian ?
-      Celui-là ? L’€nfer !
-      Quoi l’€nfer ?
-      Une (Hydre) à la tête d’(agneau). Mais aussi étonnant que cela puisse paraître, et en dépit de toutes les (HoRrEuRs)…, Il est B/C(on). Je veux dire : Au Dedans. Sauf que voilà. La pomme est déjà (pourrie). Ils sont semé la graîne, à eux 2. Sa Bonté est déjà, plus que maculée : pervertie. Et quand enfin…, il sera trop tard. Ton ressenti ?
-      Je trouve aussi. C’est juste que sa mère…
-      Ne l’accuse pas. Elle n’est pas consciente de lui envoyer (ces ondes-là). El rien ne dit que (ces ondes) sont (mauvaises en soi !)
-      Pierre est tout autant responsable.
-    Le gosse reçoit des (messages contradictoires) / en permanence. Ca se brouille / dans son cerveau. Il a trois ans / et déjà on le sait. Il va / à un moment basculer. Il va… Mon Dieu, le pauvre gosse ! Il va faire / un-de-ces-M.A(â)L(€)s, celui-là. Mais IN FINE … Pauvre gosse !
PAUVRE GOSSE (!)
-      Il me fout les jetons, Charles. Vraiment. Parfois j’ai envie de …
-      J’ai vu. Je ne t’ai jamais vu violente. Tu sembles à chaque fois te retenir. J’ai l’impression que tu le hais, alors que tu passes tout à ses parents. T’es injuste, tu sais.
-      Oui mais là c’est trop… C’est bien malgré moi, je te jure. Dès que je m’en approche, je sens que ça pue, dedans, c’est insupportable, tellement c’est glauque, ce que je ressens à son contact.
-      Faut que tu grandisses, poupée. C’est pas juste ce que tu dis. Pas juste. Il est pas que mauvais, Valérian. Et puis ce que tu sens, désolé, mais c’est ta peur. Le gosse, je te jure, pour l’instant, il pue pas. Il sent même assez bon. Même quand il pousse son frère par terre, ça reste encore du domaine du jeu. Non, ça viendra après, ce que tu dis. On en est vraiment pas là »
Se levant, il l’invita à rejoindre le lit.
« Charles que fais tu ?
-      Ben quoi ? T’as pas sommeil.
-      Eh bien ?
-      Eh bien ma foi, que veux-tu qu’on fasse ?
-      Je ne sais pas, murmura t-elle en écarquillant les yeux.

-                      L’Amour !, fit-il en fondant dans ses bras. L’amour ! »